Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Code Formation

Les Mooc connectivistes : les formations des égocrates ?

16 Octobre 2012, 11:20am

Publié par JmarcFJ

Grâce au web, entre deux formations formelles, l'individu a la possibilité de changer le cours de sa professionnalisation et de son employabilité avec des solutions informelles. D'après le chercheur Tough, cette "informalité" représente 80% de l'apprentissage de chacun aujourd'hui.

Pour ma part, les raisons s'expliquent par les lacunes des thèmes abordés et les pédagogies déployées pour les transmettre.

Le bénéfice de ces lacunes est qu'il permet de mettre en accord aussi bien les enseignants, les parents, les élèves, les entreprises, les salariés sur ces résultats qui participent aussi aux reproductions des inégalités de naissance.

L'enjeu actuel est bien de trouver des solutions de formation qui démocratisent l'accès au savoir et à la créativité.

Nous sommes dans un contexte où l'on ne peut nier l'impact des réseaux sociaux aussi bien sur les politiques (mouvement des #geonpi, crowdsourcing pour rédiger la nouvelle constitution islandaise), les entreprises que sur chaque personne.

Cette numérisation des échanges est facilitée par la démocratisation des outils collaboratifs sur Internet que sont les TIC et les TICE dont une grande partie est gratuite.

Dans ce contexte est apparu un ovni pédagogique MOOC connectiviste. Kezako?

Un Mooc (Massive Open Online Course) est un cours en ligne ouvert à tous. Actuellement les principaux sont gratuits comme ceux proposés par Coursera, Tedx ou la Khan Academy.

Le connectivisme "se veut être"* une nouvelle théorie de l'apprentissage reposant sur les nouvelles technologies, les auteurs en sont Georges Siemens et Stéphen Downes.

Actuellement une expérience pédagogique est en cours : le Mooc #Itypa, Internet tout y est à apprendre. D'après le site Thot Cursus, près de 1000 personnes y participent. Elles sont principalement des enseignants, des formateurs de formateurs ou formateurs et des ingénieurs pédagogiques. L'objectif est de mettre en place un environnement d'apprentissage personnel.

Si je faisais une comparaison avec le monde du bâtiment, le MOOC Itypa consiste à demander à des maçons de construire un mur avec de nouveaux matériaux. La première semaine nombreux ont expliqué que c'était difficile. La question de l'expertise de l'adaptation se pose pour les enseignants et pedagogues et explique aussi la difficulté pour ces derniers de s'adapter aux différentes formes d'intelligence d'un apprenant.

*se veut être : la confusion entre éthologie et pédagogie associée à celle entre modelisation des acquis et principe d'acquisition font que le connectivisme est un point de vue d'enseignement et non d'apprentissage. Au mieux, les apports de Siemens et Downes font entrer le socio-constructivisme dans le 2.0 sans modification radicale nécessitant la création nouvelle théorie. Une belle démonstration de l'effet diligence.

Jay et Jerry Hopkins de Twinn Connexion à la soirée de lancement de leur premier album

Jay et Jerry Hopkins de Twinn Connexion à la soirée de lancement de leur premier album

Avant de reprendre le fil éducatif, un détour sur l'impact de ces nouvelles technologies sur la Démocratie avec Alban Martin, Maitre de conférence associé au Celsa-ParisIV Sorbonne où il enseigne les stratégies de communication sur internet. Il occupe également le poste de Directeur des medias sociaux pour le groupe Orange. Par ailleurs, il est co-fondateur et Vice Président du Social Media Club France depuis 2006 (socialmediaclub.fr), groupe de réflexion sur les nouveaux médias. Sa réflexion est issue d'une remarque de Michel Serres qui serait le premier à avoir explicité le terme d'égocratie ( voir la 3eme séquence de la vidéo l'homme cognitif de M.Serres).

Ce détour car l'éducation est autant le reflet de notre culture partagée que l'outil de formation des citoyens

TedX rennes : Alban Martin, Internet et démocratie

Démocratie ouverte

Démocratie ouverte

Il me semble qu'entre le discours et les exemples d'Alban Martin et du schéma sur ce que pourrait être une démocratie ouverte (terme que je prefère à l'égocratie), les informations sont riches d'enseignement et si je raisonne par analogie, elles sont largement transférables à ce que pourrait être la formation de demain avec les TICE.

Mais le schéma, comme tout scheme ,présente des biais cognitifs car il entretient des illusions et présente des zones aveugles.

Une formation modifie la personne, cette étape transitoire se déroule dans un lieu de transformation.

Emergence de papillio Machaon s'éloignant de sa chrysalide et déployant ses ailes pour en activer le durcissement.

Emergence de papillio Machaon s'éloignant de sa chrysalide et déployant ses ailes pour en activer le durcissement.

Le moment de la transformation de la larve au papillon échappe aux yeux du public même s'il est connu des chercheurs. Mais pour cela ils doivent ouvrir le cocon et pour l'étudier en profondeur, disséquer la bête. Heureusement pour l'humain, d'autres techniques existent même pour étudier l'impact d'une formation sur le cerveau avec l'imagerie neuro-médicale.

Dans les formations en salle ou en E-learning classique, le rapport entre l'apprenant, le groupe (s'il existe), le formateur ou l'outil technologique et l'objet du savoir échappe également au public.

Dans les entreprises, une des règles éthiques de la formation est que tout ce qui se passe dans la salle doit rester dans la salle. Il est normalement fortement déconseillé d'évoquer le comportement d'un participant à son management. D'une part, entre ce que je nommerai la salle d'entrainement et le terrain, les comportements des individus sont différents et les interactions en jeu également différentes et comme elles se réalisent dans des contextes encore différents, expliquer ce qui s'est passé ne permet pas de prédire ce qui se passera, et d'autre part, cela permet plus facilement "l'aveu de faiblesse" avec le "je ne sais pas", "je ne comprends pas", etc...la relation de confiance peut se développer et est nécessaire car la seule autorité que peut avoir un formateur réside dans ses compétences supposées puis reconnues par l'apprenant lors d'une action de formation. pour qu'il accepte cet abandon.

Or, dans un Mooc connectiviste type Itypa, point de chrysalide, tout est transparent. L'observé se sait observé par des observateurs divers et variés. Et contrairement aux papillons, quoique, chaque humain observé en public présente un autre comportement qu'il pourrait avoir dans un lieu clos comme la salle de formation classique. Nous présentons tous un visage qui nous semble le meilleur à chaque interlocuteur. Les interactions pouvant être faites dans le cadre de commentaires suite à des productions de billets de blogs comme cela est recommandé par les organisateurs de ce MOOC, cela interroge sur l'objectif et la nature de la réponse et des échanges partagés. Des questions qui sont à se poser en amont de l'action de formation : Comment s'assurer du confort de l'apprenant, de ses peurs, de ses tentations et des dérives ? Faut-il lui proposer une identité spécifique d'apprenant ?

Les Mooc connectivistes : les formations des égocrates ?Les Mooc connectivistes : les formations des égocrates ?Les Mooc connectivistes : les formations des égocrates ?

Mais si je suis réellement novice comment puis-je construire un environnement, un écosytème d'apprentissage ?

L'environnement peut se charger de m'enseigner quelque chose, mais si je dois le créer ex-nihilo sur quoi dois-je mais surtout puis-je m'appuyer ?

Et si je suis novice comment puis-je à l'aide d'outils numériques, que je ne connais pas toujours, créer un écosystème d'apprentissage personnel qui stimule régulièrement ma motivation première, cet élan déclencheur ?

Tant pour construire une cabane en bois, je peux puiser dans mes souvenirs d'enfance. Simplement ma main et mes yeux étaient en contact direct avec la matière, et je savais déjà à quoi ressembler une cabane. Et même si mon égo me disait que ma cabane était originale ou formidable, j'avais d'abord imité ou plus précisément tenté d'imiter. Ce n'est que par la suite que j'ai réellement innové ou pas avec l'expérience, si tenté que le contexte me le permette à nouveau et que le plaisir ressenti était devenu une source de renouvellement de l'expérience. A défaut, oui j'ai construit une cabane en bois et je sais pourquoi je n'en construis plus.

Alors au 21e siècle, si je souhaite bénéficier de toute l'intelligence déjà construite au fil du temps et des potentialités du web, je commence par quoi ?

Je me repose sur des "connectivistes" qui savent étudier les relations entre apprenants comme le chercheur à étudier la chrysalide ou l'impact des OGM sur des souris ?

Ecosytème d'apprentissage personnel

Ecosytème d'apprentissage personnel

Et si je commençais par étudier mes propres ressources, non pas ma connaissance et ma supposée maîtrise d'outils technologiques, mais mes propres ressources internes ?

Quelqu'un m'a dit que pour gérer ses ressources, il fallait d'abord les connaître.

Comment gérer le pétrole, si on ne connait pas l'état des reserves ? Comment gérer les ressources de la planète si on pense qu'elles sont ilimitées ?

Ce qui revient à me poser la question suivante : Comment construire un écosystème d'apprentissage personnel qui soit cohérent et compatible avec le mode de fonctionnement de mon propre cerveau ? Ensuite, quels outils et techniques peuvent me permettre d'atteindre ce but ?

Car si je cherche sur le web où tout y est à prendre, je peux m'appuyer sur les synthèses déjà réalisées sur les bénéfices et inconvénients des 5 principales théories pédagogiques, sur les thèses de ces formidables chercheurs grâce aux archives ouvertes, et peut-être même sur ce voisin inconnu lors d'une rencontre dans la vie réelle.

Commenter cet article